AACS et obsolescence programmée

Les consommateurs n’aiment généralement pas beaucoup l’obsolescence programmée, mais on a tous appris à l’inclure dans le cycle de vie normal d’un produit. Il y a beaucoup de façons de programmer l’obsolescence, mais de loin la plus complexe est celle intégré par Blu-ray qui pourrais rapidement rendre obsolète votre première télé HD. Si vous avez un lecteur Blu-ray connecté sur ancien équipement HD, vous pourriez commencer à perdre la haute définition dès l’an prochain (dépendant du bon vouloir des distributeurs de contenu).

Le « problème » réside dans AACS, le système de gestion des droits numériques (DRM) intégré dans chaque lecteur Blu-ray, qui inclus une pléthore de moyens pour amputer le signal vidéo de façon à n’y retrouver une qualité de définition standard. J’ai mis entre guillemets le mot « problème » dans la dernière phrase parce que, évidemment, ceux qui ont créés AACS voient ça comme une fonctionnalité, une fonctionnalité destiné à prévenir les copies illégales (et ils s’imaginent que ça va marcher).

Cette « fonctionnalité » évidemment a un coût. Chaque manufacturier doit implémenter un système de décryptage pour lire le contenu d’un disque Blu-ray. Les clés de décryptage sont gardées secrètes par l’autorité de gestion de l’AACS, ce qui force les manufacturiers à accepter un contrat où l’autorité peut dicter ce que chaque lecteur doit faire et ne doit pas faire.

Faisant parti de ces règles, les lecteurs Blu-ray doivent obéir aux contraintes d’image écrites sur le disque. Les contraintes d’image peuvent interdire à un lecteur d’envoyer un signal haute définition à une sortie non-encrypté AACS. En clair, ceci signifie que si votre télé HD est connectée sur des ports « component video » (YPbPr), ou si votre matériel n’est pas capable de négocier un canal de communication AACS via votre branchement HDMI, vous n’aurez pas accès à la haute définition pour ce disque.

L’impact jusqu’à aujourd’hui est nul, simplement parce que les manufacturiers de disque n’ont pas la permission d’insérer de telles contraintes d’image, mais cette interdiction sera levée en 2011.

Donc, en 2011, les propriétaires de lecteurs Blu-ray entrerons dans une expérience où chaque nouveau disque pourrait jouer ou ne pas jouer en HD dépendant de la décision du producteur du disque combiné à quelque caractéristiques imprévisible de l’ensemble de leur équipement et de la façon dont ils sont branchés ensemble. D’un point de vue machiavélique ce sera surement amusant à regarder si jamais les producteurs décident de s’y mettre. Du point de vue du consommateur, ce n’est pas très rassurant.

Il y a beaucoup d’autre situations où AACS force la réduction la qualité ou même peut empêcher un lecteur de lire le disque, mais celle-ci est probablement celle qui aura le plus d’impact à court terme.

Référence


Commentaires

Simon Tremblay

Humm je n’arrive pas à voir où c’est indiqué qu’il pourrait arriver qu’on est pas accès à la HD avec une connexion HDMI. Est-ce que c’est une supposition faite ici?

Michel Fortin

Sur une connexion HDMI les informations vidéo peuvent circuler de façon non-encrypté ou encrypté (avec HDCP). Voici un extrait d’un article qui parle du problème:

An HDCP interface must encrypt high-value content when told to do so. In the case of Blu-Ray and HD DVD players, content is encrypted whenever an Image Constraint Token (ICT flag) is true.

En gros quand la contrainte d’image est activée sur le disque, le lecteur n’acceptera de transmettre l’image que sous forme encrypté.

Hors, j’ai entendu dire — et c’est entre autre mentionné dans l’article lié ci haut — que les premières télés HDMI ne gérait pas tous correctement le standard d’encryptage et d’échange de clés. Si le lecteur Blu-ray refuse d’envoyer le signal non-encrypté à ces appareils (ce qu’il est supposé faire avec un disque ayant la contrainte d’image), ces télés pourrait bien n’avoir rien à afficher, à part peut-être une image dégradée en définition standard.

D’ailleurs, tout ceci est aussi vrai pour les convertisseurs partant d’un signal HDMI vers autre chose. À moins que cet autre chose supporte lui aussi HDCP, le lecteur Blu-ray est sensé refuser d’envoyer une image HD.


  • © 2003–2018 Michel Fortin.