Le iPad entre dans le monde d'Apple

Alors le voici. Le iPad est une petite tablette que vous pouvez emporter avec vous. Elle possède de jolies applications, un bon navigateur web, et le matériel est plutôt bien… en fait j’imagine mais je l’ai pas vraiment vu de mes propres yeux. Tout ça à un prix incroyablement bas. Où est l’attrape ?

En fait, c’est un petit ordinateur sur lequel vous ne pouvez qu’installer que des applications approuvées par Apple, des applications que vous devez obligatoirement acheter via le App Store. Aucun doute qu’il feront beaucoup d’argent avec le App Store — peut-être que c’est pour ça qu’il peuvent mettre le prix si bas — mais le fait reste que tout ce qu’on achète via le App Store est limité à un compte iTunes spécifique.

Qu’arrivera-t-il après quelque temps quand vous voudrez ventre votre iPad à quelqu’un d’autre ? C’est correct, vous pouvez lui donner la tablette. Mais comment transférer les applications ? Elles sont liées au même compte iTunes que votre musique, vous vidéos et vos applications iPhone. Vous ne pouvez pas lui donner ce compte, donc vous êtes pris avec des applications que vous ne pouvez ni utiliser, ni revendre.

Tant qu’il s’agissait de petites applications pas chère et plus où moins essentielles comme on en trouve des tonnes pour le iPhone, ça n’avait pas beaucoup d’importance. Mais si vous pensez à acheter une application sérieuse, vous voudrez protéger votre investissement en gardant la possibilité de la transférer ou la vendre à quelqu’un d’autre si besoin est. Ce jour, vous trouverez le DRM du App Store en travers de votre chemin.

J’ajouterais aussi que, d’un point de vue de développeur, ce DRM diminue la valeur d’une application. C’est plutôt simple : ça empêchant les acheteurs de faire des choses qu’ils aurait autrement le droit de faire. On pourrait aussi ajouter qu’il y a des implications pour la vie privée à forcer tous les achats à passer par le même endroit, mais ça c’est un sujet pour un autre jour…

Donc voici ma conclusion : je suis pas mal certain que le iPad se vendra, mais je ne suis pas trop certain d’en vouloir un étant donné l’écosystème des logiciels actuel.


Commentaires

Marie-Eve Trembla

Ok, je me fais l’avocat du diable, mais même si l’application perd techniquement un peu de valeur, j’ai plutôt l’impression que le dévelopeur fait plus d’argent en bout de ligne. Une visibilité assez élevée sans un sous à verser au marketing, sans compter le fait que le piratage est considérablement diminué par ce processus devrait.

Je me désole surtout d’être pognée avec Objective-C, wink!

Michel Fortin

Ce que j’aime pas trop du iPad (ou du iPhone) c’est tu es bloqué dans un monde gouverné par Apple. N’importe quelle application qu’Apple n’aime pas, tu n’y a pas accès en tant qu’utilisateur et tu ne peux pas la distribuer en tant que développeur.

C’est pas juste une idée en l’air. Apple a retiré des applications de Google pour le iPhone parce qu’elles leur faisait compétition. Et ils ont en quelque sorte dit non à tous les clients BitTorrent sous prétexte qu’ils servent souvent à télécharger des fichiers illégalement.

Bien sûr qu’ils ont le droit de retirer tout ce qu’ils veulent dans leur App Store. Mais ils ne devraient pas avoir un véto sur tout ce que tu peux vouloir faire avec l’appareil. Si toi ça te va, tant mieux pour toi. Mais moi ça me fait tout simplement pas.

À part ça le iPad semble très bien. Et qu’est-ce que t’as a redire sur l’Objective-C? (Ça ferait pas un bon épisode dans c3wife ça?)

Alexandre Cossette

Dans toutes ces discussions à propos du “méchant écosystème fermé”, personne ne semble se rappeler que c’est exactement le même modèle utilisé depuis des années par les consoles de jeux vidéo ! Le hardware fermé permet de réduire les coûts de développement et le processus d’approbation permet d’assurer une certaine qualité.

Je pense même que Apple devrait être plus sévère dans leurs critères de sélection ! Choisir une application dans le App Store est quasiment en train de devenir une épreuve aussi pénible que de trouver un logiciel qui a du bon sens dans l’écosystème PC… Beaucoup de trucs de très piètre qualité. Sur Xbox 360 et Wii, on est toujours assuré d’un niveau minimal de qualité.

Ceci étant dit, ton choix de ne pas acheter est la bonne chose à faire. L’erreur qu’il ne faut pas faire, c’est acheter le gadget en fonction de son potentiel au lieu de ce qu’il offre maintenant. S’il y a des applications que tu aimerais avoir et que Apple rejette, la meilleure façon de protester c’est d’attendre ou d’acheter autre chose. Comme ça au moins, tu vote avec ton porte-feuille.

Par contre, de mon côté, je suis tenté par l’extension d’une plate-forme qui m’a déjà bien servie. L’idée de pouvoir transférer les mêmes applications que j’ai déjà sur mon iPhone me plaît. Reste à savoir si j’ai vraiment besoin de ça…

Michel Fortin

C’est vrai que c’est pas mal le même modèle de développement qu’avec une console de jeu.

Petite question comme ça, comment as-tu appris à programmer? Probablement sur un ordinateur personnel à la maison quand tu étais plus jeune, et probablement pas sur une console de jeu. Si les ordinateurs que les gens ont à la maison commencent à suivre ce modèle fermé, comment nos jeunes développeront de l’intérêt à faire du développement logiciel dans l’avenir?

J’aime bien le OS du iPhone et du iPad, mais la direction que tout ça semble prendre m’inquiète un peu.

Et c’est pas comme si on y gagnait grand chose avec ce modèle fermé. Apple pourrait quand même avoir un App Store, et pourrait probablement même être plus sélectif, tout en permettant à des logiciels d’êtres installés directement. Il n’y a qu’Apple qui gagne à ce que ça reste fermé.

Simon Tremblay

Je vais dire comme Marie-Eve, mais le piratage grâce au App Store est considérablement diminué. Donc ça ne favorise pas qu’Apple, mais tous les développeurs de jeux/logiciels qui vendent leurs produits sur cette plateforme.

Mais tsé en même temps on jase beaucoup d’Apple là… mais on semble totalement oublier Google ici avec Android!! BEAUCOUP de téléphones intelligents possèdent Android et je pense que c’est le système d’exploitation de l’avenir!

Bref, d’un côté on a Apple et son iPhone et de l’autre on a toutes les autres compagnies de la planète qui développement des smartphones qui vont aller sur Android (et on a aussi les BlackBerry mais bon…)

Et Linux ne disparaîtra pas demain… les jeunes peuvent toujours apprendre à programmer sur un ordinateur avec les millions de logiciels open source et de ressources gratuites qui existent…

Marie-Eve Tremblay

Oh, j’avais pas vu qu’il y avait autant de réponses ici. Ya pas de notification courriel?

Selon moi, la raison pour laquelle les gens n’apprennent pas à programmer avec les consoles est parce que l’API n’est pas publiquement distribuée et qu’il faut du hardware spécifique très coûteux et uniquement distribué aux compagnies certifiées.

Le iPhone (et probablement le iPad) est très différent en ce sens qu’il ne nécessite pas une version différente du périphérique pour le développent, l’API est disponible à tous, et il est possible pour le développeur d’installer son application de façon restreinte, ce qui est suffisant si on veut une application juste pour soi-même (et quelques amis).

C’est uniquement la distribution qui se ressemble, mais pas les restrictions sur le développement et l’apprentissage. J’ai vu beaucoup de gens commencer à apprendre à programmer sur iPhone.

Pour le objective-c, va juste falloir faire un back-end c3->obj-c à moins d’avoir une version de LLVM pour iPhone, ce qui est pas impossible.


  • © 2003–2018 Michel Fortin.