Mac App Store

Les nouvelles d’Apple cette semaine sont intéressantes. Premièrement, on aura bientôt un App Store pour le Mac. Deuxièmement, on a eu droit à un petit aperçu de Mac OS X Lion. Et finalement, le MacBook Air vient maintenant avec un écran à plus haute résolution. Mais parlons du App Store.

Le Mac App Store est une bonne idée selon moi, à tout de moins en principe. Puisqu’il ne sera pas exclusif, il ne bloquera pas les autres méthodes de distribution. Mais il aidera les utilisateurs à trouver et installer des applications, deux choses qui méritaient d’être amélioré. Certainement, les règles du App Store vont disqualifier plusieurs applications existante qui ne pourront s’y trouver, mais même pour celle qui répondent aux critères d’Apple, ça peut devenir un petit casse-tête.

Un des problèmes sera le système de licence. Les développeurs sont présentement responsable des licences qu’ils offrent pour leur application. Les applications d’aujourd’hui contiennent généralement du code qui vérifie qu’une licence valide existe, ce qui permet au développeur d’offrir des conditions correspondantes à son marché cible.

Avec le App Store, Mac OS lui-même se charge des licences. C’est bien beau, mais ça veux dire que si un développeur veut offrir son application en dehors du App Store, il aura besoin de maintenir deux versions différentes : l’édition pour le App Store sans code de licence, et l’édition régulière qui nécessite un numéro de série ou quelque chose de similaire.

Maintenir deux versions n’est pas terriblement compliqué, même si c’est un peu plus de trouble. Mais pourquoi est-ce qu’un développeur se préoccuperait de ça au lieu de seulement vendre sur le App Store ? Une première raison est qu’il fera plus d’argent avec son propre magasin. Aussi peu que l’on pourrait trouver la part de 30% qu’Apple s’accorde sur les ventes du App Store, vendre sur son propre magasin en-ligne reste moins cher. Si par exemple vous utilisez Kagi, Fastspring, ou Esellerate pour créer votre magasin, ils s’occuperont des paiements pour vous, et ne prendront qu’environ 10% du montant. Tout ce que vous avez à faire est d’écrire votre générateur de numéro de série et d’intégrer un vérificateur de ces numéros dans votre application. Bien sûr, le App Store aura des DRM plus solides et affichera votre application dans son catalogue, mais est-ce que ça vaut les 20% restant ? Si je place une application sur le App Store, je lui donnerai probablement un prix plus élevé sur le App Store que sur mon propre magasin en-ligne, puisque je pourrai baisser le prix sur mon magasin tout en récoltant autant d’argent.

Une deuxième raison pour un développeur de maintenir son propre magasin en-ligne est de garder son indépendance. Comme l’App Store de l’iOS l’a montré, vous n’êtes jamais certain qu’Apple n’enlèvera pas votre application de leur magasin. Plus probable encore est qu’un développeur veuille ajouter une fonction qu’Apple n’aime pas. Si ça devait arriver, il est probable que cette fonction se retrouve dans l’édition régulière de l’application tout en étant exclue de l’édition du App Store. Sur un deuxième point les clients du App Store sont perdants.

Bien que ça fasse du sens pour un développeur de vendre son application sur le Mac App Store, si ce n’est que pour la visibilité que ça donne, ce n’est pas nécessairement un bon « deal » pour le consommateur de l’acheter par là. Des DRM plus strictes combiné à la possibilité que certaines fonctions soit exclues pour accommoder Apple et la possibilité que le prix soit plus cher ; ça vaut probablement mieux aller voir le magasin du développeur d’abord.

Il y a une exception cependant : si vous ne faites pas confiance au développeur du logiciel, peut-être serez-vous plus en confiance avec la version qu’Apple a validé. D’un autre côté, si vous ne faites pas confiance au développeur, utiliseriez-vous vraiment son application en premier lieux ?


  • © 2003–2018 Michel Fortin.