Counterparts Lite et XLIFF

XLIFF est un format standard pour échanger des des chaînes de texte à traduire entre les développeurs d’application et les traducteurs. C’est un format qui est supporté par l’outil à la ligne de commande d’Interface Builder, et certains développeurs utilisent XLIFF dans leur système de traduction.

La première version de Counterparts Lite sortie le mois dernier ne supportait que les tableaux de chaînes au format de Cocoa avec l’extension « .strings ». Aujourd’hui, je publie une nouvelle version capable d’ouvrir les fichiers XLIFF et d’éditer les traductions à l’intérieur.

Éditer un fichier XLIFF fonctionne de la même façon que l’édition d’un tableau de chaînes Cocoa avec un fichier de référence attaché. Le fichier XLIFF contient la clé, la chaîne source et la chaîne traduite pour chaque entrée. C’est plus pratique pour les traducteurs qui n’ont pas à ouvrir deux fichiers côte à côte. XLIFF peut aussi inclure des commentaires du développeur concernant les chaînes à traduire.

Il y a eu quelque nouvelles reliés à XLIFF au WWDC cette semaine. Avec une meilleure intégration pour XLIFF qui s’en vient pour Xcode, un outil tel que Counterparts Lite deviendra plus utile que jamais. XLIFF est un format versatile, et il peut inclure toute les chaînes à traduire pour toutes les ressources d’une appplication. Et Counterparts Lite facilite l’édition et la recherche, ce qui devient indispensable quand les fichiers deviennent gros.

Prêts de licences

Avec la version 1.1, j’ajoute aussi la possibilité de prêter des licenses de Counterparts Lite. Si vous achetez une licence multi-utilisateur, vous pouvez maintenant prêter des licences à des collaborateurs (vos traducteurs) pour qu’il puissent utiliser l’application eux aussi. Les licenses de vos collaborateurs seront émises en leur nom. Plus de détails dans la FAQ.


  • © 2003–2018 Michel Fortin.